www.globalresearch.ca
Centre for Research on Globalisation
Centre de recherche sur la mondialisation

 

Links between Osama bin Laden and the CIA

War on Terrorism

by Alexandrine Bouilhet

Le Figaro, 1 November 2001, English translation pi911 , May 2003.
www.globalresearch.ca   6 May 2003

The URL of this article is: http://globalresearch.ca/articles/BOU305A.html


Since 1979, the American intelligence community maintained close relations with the multimillionaire of Saudi origin afflicted by a kidney problem. An interview with the director of the "Eastern Journals."

by  Le Figaro, November 1, 2001

Translated into English by Bill Fairchild, original French version below


The director of the "Eastern Journals," Antoine Sfeir has worked for 30 years on the Middle East and the Near East. He edited the Atlas of Religions and published several works, notably The Money of the Arabs (1992) and The Networks of Allah: The Islamic Affiliates in France and in Europe (2001).

FIGARO: Two months before the attacks, bin Laden met a CIA agent in Dubai. Does this information astonish you?

Antoine SFEIR. Absolutely not. That is nothing extraordinary. Bin Laden maintained contacts with the CIA up to 1998. These contacts have not ceased since bin Laden settled in Afghanistan. Up to the last moment, CIA agents hoped that bin Laden would return into the bosom of the US, as was the case before 1989. This shows to what point there was room for improvement with human intelligence between 1998 and 2001. During these years, Al Qaeda became reconciled and then merged with the Egyptian Jihad, a very anti-American movement.

FIGARO: What role did the city of Dubai play for Al Qaeda?

SFEIR: Before September 11, Dubai was the place where everyone met everyone: a neutral turf, quiet, a back alley without risk, a little like Portugal during World War II. Dubai is also the Switzerland of the Middle East: as long as you make money without disturbing the peace, you are not bothered. Having said this, Dubai does not play the role of the money-laundering center that everyone thinks it is for bin Laden's networks. That is a fantasy. There is no organized banking system. Bin Laden's money comes from Saudi Arabia. He also has his own bank in Khartoum. The great families of the Emirates have only participated in this financing system in the name of "charity." The Dubai Islamic Bank, which is so much spoken of, has ties with the bank Daral-Mal Islami in Geneva, which is controlled by a Saudi.

FIGARO: The hospitals of the emirate of Dubai seem equally esteemed…

SFEIR: Yes. When one has the financial means, anyone can have himself treated there with total discretion. For medical care, the doctors of the American hospital have a very good reputation. Everyone knows that bin Laden had kidney problems after having received a piece of shrapnel. He needed dialysis, and he undoubtedly took a mobile dialysis machine with him into Afghanistan.

FIGARO: What is the nature of the ties that unite the Saudis and the emirates?

SFEIR: They are the ties of friendship and of rivalry. Also tribal ties. Saudi Arabia provoked a reaction of mistrust in the emirates by creating, in 1980, the Council of Cooperation of the Gulf, from which they took care to exclude Iraq and Yemen. The Saudis quickly used this organization to intervene in the domestic affairs of the oil sheikdoms. Since then, they have not been much appreciated in these countries. For their part, the Saudis are jealous of the financial management of oil resources in the Emirates. The latter are not indebted, and have great liquidity, quite the reverse of Saudi Arabia. Finally there is a religious rivalry. The Saudis wish to throw their weight around as the most Moslem of the Moslems. And many countries, including the Emirates, disagree with this position.

FIGARO: Does this recent meeting in Dubai, between bin Laden and the CIA, risk upsetting American public opinion?

SFEIR: No. I believe that Americans are used to this idea. This only serves to confirm the involvement of the U.S. in the "bin Laden failure." Anyway, the secret services are poorly regarded and isolated, especially since the failure of September 11. To know that the CIA met bin Laden two months before the attacks shows simply that the collaboration lasted much longer than was thought. For America's public opinion, this is not a revolution. At the political level, on the other hand, the U.S. never seems ready to recognize its mistakes. This will be reopening a very important question. They prefer to be angry with Saudi Arabia and Egypt, while especially criticizing their human rights violations. These are easy targets. With regard to military or political action in Afghanistan, nothing is known. They do only what they wish to show us.

FIGARO: What are the consequences for the Arab countries?

SFEIR: Not very important. They will remain persuaded that bin Laden and the Taliban régime are bastard children of the U.S., Saudi Arabia and Pakistan. In Dubai, the authorities will redouble their vigilance and realize that there is a war on. But the Emirates risk no more reprisals from the U.S. than the freezing of their suspicious financial assets. Regarding Saudi Arabia, the rupture of the authorities with Al Qaeda and bin Laden is already total. This will not change. Since the attacks, everyone is uniting with the U.S. The least mistake will cost dearly.

FIGARO: The rivalries between the secret services are many. The struggle between the cliques within the CIA has not stopped. Who is interested today in what this information reveals?

SFEIR: The CIA certainly needs to get its own house in order. This type of information allows some accounts to be settled at home. This is an efficient method that does not produce so much in consequence. I do not believe there is a war between the western intelligence services. They are all in the same boat. Tomorrow France can be the target of attacks. Neither the DGSE* nor any other European intelligence agency will be amused at this little game at this time. This will be too dangerous. This last story about bin Laden and the CIA has been circulating for 15 days. It has been verified. The country from where it originated remains to be determined. It could prove to be an Arab government. With the following message to Americans: do not strike just anywhere, nor just any way, and do not forget your responsibility in Afghanistan, nor your responsibilities as the number one world power.

* General Directorate for External Security; see http://www.dgse.org


Guerre Contre Le Terrorisme

Depuis 1979, la centrale de renseignements américaine entretenait d'étroites relations avec le milliardaire d'origine saoudienne atteint d'une affection des reins. Un entretien avec le directeur des " Cahiers de l'Orient "

Alexandrine Bouilhet Le Figaro 1 Novembre 2001


Directeur des " Cahiers de l'Orient ", Antoine Sfeir travaille depuis trente ans sur le Moyen-Orient et le Proche-Orient. Il a dirigé l'Atlas des religions et publié plusieurs ouvrages, notamment les L'Argent des Arabes, (1992) et Les Réseaux d'Allah ou les filières islamistes en France et en Europe (2001).

 

LE FIGARO. Deux mois avant les attentats, Ben Laden a rencontré un agent de la CIA, à Dubaï. Cette information vous étonne-t-elle ?

Antoine SFEIR. Absolument pas. Cela n'a rien d'extraordinaire. Ben Laden a maintenu des contacts avec la CIA jusqu'en 1998. Ces contacts n'ont pas cessé depuis que Ben Laden s'est installé en Afghanistan. Jusqu'au dernier moment, les agents de la CIA ont espéré que Ben Laden retourne dans le giron des Etats-Unis, comme c'était le cas avant 1989. Cela montre à quel point le manque de renseignements humains laissait à désirer entre 1998 et 2001. A cette époque, Al Qaida s'est rapproché puis a fusionné avec le Djihad égyptien, un mouvement très anti-américain.

FIGARO: Quel rôle la ville de Dubaï a-t-elle joué pour Al Qaida ?

SFEIR: Avant le 11 septembre, Dubaï, c'était l'endroit où tout le monde rencontrait tout le monde : un terrain neutre, tranquille, une base arrière sans risques, un peu comme le Portugal pendant la Seconde Guerre mondiale. Dubaï, c'est aussi la Suisse du Moyen-Orient : tant que vous faites de l'argent sans déranger l'ordre public, on ne vous embête pas. Cela étant, Dubaï ne joue pas le rôle de plaque tournante financière que l'on croit pour les réseaux Ben Laden. C'est du fantasme. Il n'y a pas de système bancaire organisé. L'argent de Ben Laden provient d'Arabie Saoudite. Il a aussi sa propre banque à Khartoum. Les grandes familles des émirats n'ont fait que participer à ce système de financement au nom de " l'aumône ". La Dubai Islamic Bank, dont on parle tant, a des liens avec la banque Daral-Mal Islami à Genève, laquelle est dirigée par un Saoudien.

FIGARO: Les hôpitaux de l'émirat de Dubaï semblent également réputés...

SFEIR: Oui. Quand on a les moyens financiers, n'importe qui peut s'y faire soigner en toute tranquillité. Pour les soins les médecins de l'hôpital américain ont très bonne réputation. Tout le monde sait que Ben Laden avait des problèmes rénaux, après avoir reçu un éclat d'obus. Il devait se faire dialyser, et il a sans doute emporté un appareil de dialyse mobile, avec lui, en Afghanistan.

FIGARO: Quelle est la nature des liens qui unissent les Saoudiens à ces émirats ?

SFEIR: Ce sont des liens d'amitié et de rivalités. Des liens entre tribus. L'Arabie Saoudite a provoqué une réaction de méfiance dans les Emirats, en créant, en 1980, le Conseil de la coopération du Golfe, d'où elle a pris soin d'exclure l'Irak et le Yémen. Les Saoudiens ont vite utilisé cet organisme pour intervenir dans les affaires intérieures des pétromonarchies. Depuis, ils ne sont pas très appréciés dans ces pays. De leur côté, les Saoudiens sont jaloux de la gestion financière du pétrole dans les Emirats. Ces derniers ne sont pas endettés, et disposent d'importantes liquidités, à l'inverse de l'Arabie Saoudite. Il existe enfin une rivalité religieuse. Les Saoudiens veulent s'imposer comme les plus musulmans des musulmans. Et de nombreux pays, y compris les Emirats, contestent cette position.

FIGARO: Cette récente rencontre à Dubaï, entre Ben Laden et la CIA, risque-t-elle de bouleverser l'opinion américaine ?

SFEIR: Non. Je crois que les Américains sont habitués à cette idée. Cela ne fait que confirmer l'implication des Etats-Unis dans la " bavure Ben Laden ". De toute façon, les services secrets sont mal vus et isolés, surtout depuis le ratage du 11 septembre. Savoir que la CIA a rencontré Ben Laden deux mois avant les attentats montre simplement que la collaboration a duré plus longtemps qu'on ne le pensait. Pour l'opinion américaine, ce n'est pas une révolution. Au niveau politique, en revanche, les Etats-Unis ne semblent toujours pas prêts de reconnaître leurs erreurs. Ce serait une remise en question trop importante. Ils préfèrent s'en prendre à l'Arabie Saoudite et à l'Egypte, en critiquant notamment leurs violations des droits de l'homme. Ce sont des cibles faciles. Quant à leur action militaire ou politique en Afghanistan, on ne sait rien. Ils font uniquement ce qu'ils veulent bien nous montrer.

FIGARO: Quelles seront les conséquences sur les pays arabes ?

SFEIR: Peu importantes. Ils vont rester persuadés que Ben Laden et le régime taliban sont des enfants naturels des Etats-Unis, de l'Arabie Saoudite et du Pakistan. A Dubaï, les autorités vont redoubler de vigilance et prendre conscience que l'on est en guerre. Mais les Emirats ne risquent pas davantage de représailles de la part des Etats-Unis que le gel de leurs avoirs bancaires suspects. Quant à l'Arabie Saoudite, la rupture des autorités avec Al Qaida et Ben Laden est déjà totale. Cela ne changera rien. Depuis les attentats, tout le monde fait allégeance aux Etats-Unis. Le moindre faux pas coûterait trop cher.

FIGARO: Les rivalités entre services secrets sont nombreuses. La guerre des clans n'a pas cessé à l'intérieur de la CIA. Qui a intérêt à ce que cette information sorte aujourd'hui ?

SFEIR: Il y a certainement une volonté de nettoyage interne à la CIA. Ce genre d'information permet de régler quelques comptes en famille. C'est une méthode efficace qui ne porte pas tellement à conséquence. Je ne crois pas, en revanche, à une guerre entre services de renseignements occidentaux. Ils sont tous dans la même barque. Demain, la France peut être la cible d'attentats. Ni la DGSE ni aucun autre service de renseignement européen ne s'amuseraient à ce petit jeu en ce moment. Ce serait trop dangereux. Cette dernière information sur Ben Laden et la CIA circule depuis quinze jours. Elle a été vérifiée. Le pays d'où elle est partie reste à déterminer. Elle peut provenir d'un gouvernement arabe. Avec le message suivant adressé aux Américains : ne frappez pas n'importe où, ni n'importe comment et n'oubliez pas votre responsabilité en Afghanistan, ni vos responsabilités de première puissance mondiale.


© 2001 Le Figaro. Tous droits réservés. Copyright  Le Figaro  2001.  For fair use only/ pour usage équitable seulement .


[home]