Centre for Research on Globalisation
Centre de recherche sur la mondialisation                                                                                                                                                                         www.globalresearch.ca

[home]

 

BUSHARON: La Guerre globale

par Lev Grinberg

Centre de recherche sur la mondialisation (CRM),  globalresearch.ca , 10  juillet  2002

Global Outlook , Issue No 2   9-11: Foreknowledge or Deception? Stop the Nuclear Threat. Maintenant disponible .

Commandez sans frais par téléphone au 1-888-713-8500.  Formulaire d'àbonnement


 Le discours du President George Bush a augmenté l'engagement des supporters de la Paix en Israel, et dans le Moyen Orient. Depuis 1977, ils étaient habitués à voir les presidents américains jouer le rôle de " honnêtes médiateurs " : mettant la pression sur Israel pour l'obliger à restreindre la violence et l'amener à négocier avec ses voisins. Jimmy Carter s'interposa entre Begin et Saadat, Ronald Reagan amena Israel et l'OLP au premier Cessez-le feu en 1981 et arrêta Sharon avant qu'il n'occupe Beyrout en 1982. George Bush Senior obligea Shamir à venir à la Conférence de Paix de Madrid après la Guerre du Golf, et Bill Clinton fut le meilleur pour Rabin et Arafat. Alors, et soudainement, vient un president qui n'est pas médiateur mais soutient unilatéralement Sharon. Cela ne fait pas que déconcerter le " camp de la Paix " israélien, mais place le président Palestinien dans une situation embarrassante, et le reste des pays arabes également. En Mars, la ligue Arabe avait accepté un plan de paix courageux, initié par l'Arabie Saoudite, et maintenant le Président Bush le rejette d'un revers de la main. George Bush ne présente pas un plan de Paix, mais à la place, en reprenant son texte, "nous connaissons ceux qui sont nos alliés dans cette guerre ".

Depuis les derniers six mois Bush se tient aux côtés de Sharon et le pousse à aller de l'avant dans sa politique agressive. La question est évidente : " Pourquoi Bush cesse-t 'il d'être le " médiateur honnête " entre Israël et ses voisins ? L'explication que je suggère est très simple : Bush est en train de préparer une attaque contre l'Iraq, et ces derniers mois il en est venu à la conclusion que, pour le succès de cette guerre, Sharon est un plus sûr et plus valable allié que les Etats modérés arabes. Bush ne se soucie pas du tout au sujet de la Paix entre Israel and la Palestine, et ne se tracasse pas non plus des millions de Palestiniens vivant sous couvre-feu dans des conditions intolérables et inhumaines, et il ne se sent pas du tout concerné par les pertes israéliennes causés par le désespoir des attaques-suicides. " Laissons les saigner " était la devise de l'administration Bush au début de son regne, jusquà ce que cela devienne politiquement incorrect le 11 Septembre. Et cependant, aussi longtemps que l'administration Bush continuera de préparer son attaque contre l'Iraq, nous, Palestiniens et Israéliens, continuerons de saigner.

Pourquoi est-ce aussi clair que BUSH est principalement concerné par ses plans de guerre ? C'est une histoire de temps. Dans son discours BUSH suggère la création d'un Etat Palestinien d'ici 3 ans, se focalisant en même temps sur le remplacement d'Arafat et la mise en place d'une nouvelle administration Palestinienne démocratique, non corrompue, transparente et efficace dans l'année et demi à venir. Cela veut dire que l'Etat Palestinien ne sera établi qu'àprès la guerre contre l'Iraq, si c'est tout. BUSH veut un Etat Israélien fort et déterminé lors de l'attaque contre l'Iraq, d'abord parce que Sadam Hussein peut envoyer des bombes sur Tel-Aviv, comme il l'avait fait en 1991, et que Sharon le rejoindra sûrement dans cette guerre. Deuxièment, parce que " les ennemis des Etats-Unis " à travers le monde arabe pourrait se réveiller durant une telle guerre. Le travail d'Israel pourrait être de detourner et éventuellement de combattre les " ennemis des Etats-Unis " dans la région : Les Territoires occupés, le Liban, la Syrie et la Jordanie.

Comment s'est cristallisé cette complete comprehension entre BUSH et SHARON ? Cela s'est développé doucement depuis le 11 Septembre. Immédiatement après l'attaque contre les Twins Towers SHARON a tenté de prendre le wagon de la " Guerre contre le Terrorisme " en déclarant " Arafat est notre Ben Laden ". Cette position a été fermement rejetée par l'administration américaine, principalement parce qu'ils étaient en train de préparer une attaque sur l'Afghanistan et ne voulait pas mettre en danger l'éventuelle coopération avec les Etats-Arabes pro-américains. Cependant, lors de la guerre en Afghanistan, l'administration Bush a été déçue par les positions de l'Arabie Saoudite et l'Egypte. Après la fin de la guerre et le démantèlement du régime Taliban, Sharon a été invité à Washington " pour coordoner les prochaines actions dans la guerre contre le Terrorisme ", cette fois-ci contre l'Iraq. Lors de cette réunion avec le Président Bush le 3 Décembre, Sharon a reçu " le feu vert " pour attaquer Arafat. Le 4 Décembre, les hélicoptères envoyèrent des bombes sur Arafat, et il fut placé en " residence surveillé " à Ramallah pendant 5 mois. Même quand Arafat a déclaré un cessez-le feu le 16 Décembre, les Etats-Unis, l'ont ignoré, et quand Israel a rompu le cessez-le-feu en assassinant Raad Carmi le 14 Janvier (pour éviter le retour aux négociations), Bush a continué de soutenir Sharon. Depuis le 3 Décembre le Président des Etats-Unis a appelé les actions d'Israel contre les Palestiniens comme " auto-défense " pendant qu 'Arafat était toujours désigné comme coupable.

Sharon a systématiquement miné l'Autorité Palestinienne aux yeux des palestiniens, Disgraçiant les forces qui étaient loyales envers son commandement, détruisant leur infrastruture et même en sabotant les ordinateurs de l'Autorité palestinienne. Quand le Conseil de Sécurité des Nations Unies a decide d'envoyer une commission d'enquête pour déterminer si des crimes de guerre avaient été commis à Jénine en Avril 2002, l'administration américaine a collaboré avec le gouvernement israélien pour éviter que la commission n'entre en Israel. Dans les conditions actuelles, sous occupation et sans protection internationale, il est difficile d'imaginer comment les Palestiniens pourraient mettre en place des institutions démocratiques et efficaces. L'administration Bush a adopté et augmenté le gros mensonge de Sharon qu'Arafat est le problème (et non pas les 35 ans d'occupation israélienne) et qu'un Etat Palestinien pourrait être mis en place plus tard (quand, où et comment restent toujours des questions reportées). Bush a décidé de revenir à la stratégie de Sharon en raison de ses propres intérêts politiques. Son axe politique est que les Etats-Unis doivent attaquer l'Iraq, et la question était soit il veut un Sharon affaibli en confrontation avec les Etats-Unis, ou un Sharon fort du côté des Etats-Unis. Le discours de Bush indique que son admisistration a décidé un faveur d'une complète coordination avec Sharon. Bush a compris qu'une complete solution du conflit Israélo-Palestinien nécessitait 2 choses : du temps et une confrontation avec le gouvernement israélien.

Bush ne veut pas repousser l'offensive contre l'Iraq pour 3 ans, aussi il ne doit pas entrer en confrontation avec Israel avant la guerre, ainsi Sharon est devenu un allié. Sharon sait que tout est permis dans cette guerre. Il est profondément satisfait du " plan concernant le Moyen-Orient " de Bush, ce qui veut dire pratiquement une guerre globale dirigée par l'équipe BUSHARON, dans lequel Bush joura le rôle du Shérif mondial, imposant un nouvel ordre aux Etats islamistes. Sharon a été nommé le Shérif régional et il sera autorisé à imposer un nouvel ordre dans sa région. Cependant, il est difficile de croire que ce sont les plans du "leader du monde", mais les manières de Bush ne laissent pas beaucoup de place au doute. Il est en train de conduire avec Sharon une guerre mondiale qui, conformément à notre expérience avec Sharon en Israel, sera désastreuse. Nous savons également qu'en ces temps de guerre, la société civile, la démocratie et la liberté d'opinion sont marginalisées, aussi il est temps de commencer à critiquer la guerre attendue, avant qu'elle ne démarre. Négliger

la dure réalité n'a jamais aidé.


Dr. Lev Grinberg est un analyste politique et Maitre de Conférence à l'Université Ben-Gurion Israel.Copyright © Lev Grinberg 2002. Pour usage équitable seulement Traduction [email protected]


Le URL de cet article est:
http://globalresearch.ca/articles/GRI207B.html

[home]